1. I. Apostrophe et trait d'union après l'infinitif des verbes : Différence entre versions

De Wikigram
Aller à : Navigation, rechercher
(Page créée avec « Category: Écriture et prononciation »)
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
 +
Lorsqu'un verbe à l'infinitif est suivi d'un ou plusieurs pronoms personnels, ceux-ci s'y rattachent par l'emploi, selon les cas, d'une apostrophe ou d'un trait d'union.
  
  
 +
== Infinitifs suivis d'un pronom asyllabique ==
 +
 +
Les infinitifs perdent leur -''r'' final lorsqu'ils s'ont suivis d'un pronom asyllabique; des changements dans leur accentuation écrite se produisent alors; les pronoms asyllabiques se rattachent à eux au moyen d'une apostrophe.
 +
 +
- les verbes en -AR, en -ER oxytons (dont l'accent tonique est sur la dernière syllabe) et en -IR prennent un accent écrit;
 +
 +
- les verbes en -ER paroxytons (dont l'accent tonique est sur l'avant-dernière syllabe) perdent leur accent écrit.
 +
 +
Ainsi, à partir d'''aperar'', on écrit '''aperà'm''', '''aperà't''', '''aperà'u''', '''aperà's''', etc, à partir de '''voler''', '''volé'm''', '''volé't''', '''volé'u''', '''volé's''', etc, à partir de '''sentir''', '''sentí'ns''', '''sentí'vs''', '''sentí'us''', '''sentí'n''', etc, et à partir de ''véder'', '''vede'm''', '''vede'u''', '''vede'n''', etc.
 +
 +
Il en va de même lorsque c'est le pronom ''i'' qui suit un infinitif, car il peut former diphtongue avec la voyelle finale de ce dernier: '''cantà'i''', '''volé'i''', '''sentí'i''', '''vede'i'''.
  
  

Version du 17 janvier 2020 à 16:59

Lorsqu'un verbe à l'infinitif est suivi d'un ou plusieurs pronoms personnels, ceux-ci s'y rattachent par l'emploi, selon les cas, d'une apostrophe ou d'un trait d'union.


Infinitifs suivis d'un pronom asyllabique

Les infinitifs perdent leur -r final lorsqu'ils s'ont suivis d'un pronom asyllabique; des changements dans leur accentuation écrite se produisent alors; les pronoms asyllabiques se rattachent à eux au moyen d'une apostrophe.

- les verbes en -AR, en -ER oxytons (dont l'accent tonique est sur la dernière syllabe) et en -IR prennent un accent écrit;

- les verbes en -ER paroxytons (dont l'accent tonique est sur l'avant-dernière syllabe) perdent leur accent écrit.

Ainsi, à partir d'aperar, on écrit aperà'm, aperà't, aperà'u, aperà's, etc, à partir de voler, volé'm, volé't, volé'u, volé's, etc, à partir de sentir, sentí'ns, sentí'vs, sentí'us, sentí'n, etc, et à partir de véder, vede'm, vede'u, vede'n, etc.

Il en va de même lorsque c'est le pronom i qui suit un infinitif, car il peut former diphtongue avec la voyelle finale de ce dernier: cantà'i, volé'i, sentí'i, vede'i.