1. I. Apostrophe et trait d'union après l'infinitif des verbes : Différence entre versions

De Wikigram
Aller à : Navigation, rechercher
Ligne 10 : Ligne 10 :
 
- les verbes en -ER paroxytons (dont l'accent tonique est sur l'avant-dernière syllabe) perdent leur accent écrit.
 
- les verbes en -ER paroxytons (dont l'accent tonique est sur l'avant-dernière syllabe) perdent leur accent écrit.
  
Ainsi, à partir d'''aperar'', on écrit '''aperà'm''', '''aperà't''', '''aperà'u''', '''aperà's''', etc, à partir de '''voler''', '''volé'm''', '''volé't''', '''volé'u''', '''volé's''', etc, à partir de '''sentir''', '''sentí'ns''', '''sentí'vs''', '''sentí'us''', '''sentí'n''', etc, et à partir de ''véder'', '''vede'm''', '''vede'u''', '''vede'n''', etc.
+
Ainsi, à partir d'''aperar'', on écrit '''aperà'm''', '''aperà't''', '''aperà'u''', '''aperà's''', etc, à partir de ''voler'', '''volé'm''', '''volé't''', '''volé'u''', '''volé's''', etc, à partir de ''sentir'', '''sentí'ns''', '''sentí'vs''', '''sentí'us''', '''sentí'n''', etc, et à partir de ''véder'', '''vede'm''', '''vede'u''', '''vede'n''', etc.
  
 
Il en va de même lorsque c'est le pronom ''i'' qui suit un infinitif, car il peut former diphtongue avec la voyelle finale de ce dernier: '''cantà'i''', '''volé'i''', '''sentí'i''', '''vede'i'''.
 
Il en va de même lorsque c'est le pronom ''i'' qui suit un infinitif, car il peut former diphtongue avec la voyelle finale de ce dernier: '''cantà'i''', '''volé'i''', '''sentí'i''', '''vede'i'''.
 +
 +
 +
== Infinitifs suivis d'un pronom syllabique ==
 +
 +
Lorsqu'un pronom syllabique suit un infinitif, il se rattache à celui-ci au moyen d'un trait d'union; l'infinitif ne subit pas de modification orthographique: '''aperar-la''', '''voler-las''', '''véner-las'''.
 +
 +
Cependant, dans les zones où ''me'', ''te'' ou ''se'' sont employés sous leur forme syllabique, les verbes en -''er'' paroxytons perdent leur accent écrit; en effet, l'accent tonique se déplace sur l'avant-dernière syllabe du groupe infinitif + pronom: '''vener-se''' [beˈnese]. Les autres infinitifs ne subissent aucune modification orthographique: '''aperar-me''' [apeˈɾame].
 +
 +
 +
== Infinitifs suivis d'une combinaison de pronoms ==
 +
 +
Dans les combinaisons de pronoms, un accent écrit remplace le ''r'' de l'infinitif lorsque le premier pronom est ''lo'' ou ''los''; les autres pronoms se rattachent à ''lo'' ou ''los'' par un trait d'union: '''balhà'u-me'''; '''balhà'us-ac''', '''portà'u-ne'''; les verbes en -''er'' paroxytons perdent leur accent écrit: '''vene'us-me'''.
 +
 +
Toutefois, ''lo'' suivit de ''i'' s'élide et se rattache à l'infinitif au moyen d'un trait d'union: '''véder-l'i'''.
 +
 +
Après ''me'', ''te'', ''se'', ''nse'' ou ''vse'', le verbe ne subit pas de modification orthographique; ces pronoms, le cas échéant, s'élident devant ''ac'' ou ''i'': '''saber-s'ac''', '''portar-s'i''', '''assèder-ns'i''', '''véder-l'i'''. Devant le pronom ''ne'', il n'y a pas élision et ''ne'' se contracte en <nowiki>'</nowiki>''n'': '''portar-se'n''', '''emportar-se'n'''.
 +
 +
  
  

Version du 17 janvier 2020 à 17:51

Lorsqu'un verbe à l'infinitif est suivi d'un ou plusieurs pronoms personnels, ceux-ci s'y rattachent par l'emploi, selon les cas, d'une apostrophe ou d'un trait d'union.


Infinitifs suivis d'un pronom asyllabique

Les infinitifs perdent leur -r final lorsqu'ils s'ont suivis d'un pronom asyllabique; des changements dans leur accentuation écrite se produisent alors; les pronoms asyllabiques se rattachent à eux au moyen d'une apostrophe.

- les verbes en -AR, en -ER oxytons (dont l'accent tonique est sur la dernière syllabe) et en -IR prennent un accent écrit;

- les verbes en -ER paroxytons (dont l'accent tonique est sur l'avant-dernière syllabe) perdent leur accent écrit.

Ainsi, à partir d'aperar, on écrit aperà'm, aperà't, aperà'u, aperà's, etc, à partir de voler, volé'm, volé't, volé'u, volé's, etc, à partir de sentir, sentí'ns, sentí'vs, sentí'us, sentí'n, etc, et à partir de véder, vede'm, vede'u, vede'n, etc.

Il en va de même lorsque c'est le pronom i qui suit un infinitif, car il peut former diphtongue avec la voyelle finale de ce dernier: cantà'i, volé'i, sentí'i, vede'i.


Infinitifs suivis d'un pronom syllabique

Lorsqu'un pronom syllabique suit un infinitif, il se rattache à celui-ci au moyen d'un trait d'union; l'infinitif ne subit pas de modification orthographique: aperar-la, voler-las, véner-las.

Cependant, dans les zones où me, te ou se sont employés sous leur forme syllabique, les verbes en -er paroxytons perdent leur accent écrit; en effet, l'accent tonique se déplace sur l'avant-dernière syllabe du groupe infinitif + pronom: vener-se [beˈnese]. Les autres infinitifs ne subissent aucune modification orthographique: aperar-me [apeˈɾame].


Infinitifs suivis d'une combinaison de pronoms

Dans les combinaisons de pronoms, un accent écrit remplace le r de l'infinitif lorsque le premier pronom est lo ou los; les autres pronoms se rattachent à lo ou los par un trait d'union: balhà'u-me; balhà'us-ac, portà'u-ne; les verbes en -er paroxytons perdent leur accent écrit: vene'us-me.

Toutefois, lo suivit de i s'élide et se rattache à l'infinitif au moyen d'un trait d'union: véder-l'i.

Après me, te, se, nse ou vse, le verbe ne subit pas de modification orthographique; ces pronoms, le cas échéant, s'élident devant ac ou i: saber-s'ac, portar-s'i, assèder-ns'i, véder-l'i. Devant le pronom ne, il n'y a pas élision et ne se contracte en 'n: portar-se'n, emportar-se'n.