5. Sous-dialectes et parlers gascons : Différence entre versions

De Wikigram
Aller à : Navigation, rechercher
(Le gascon occidental)
 
(22 révisions intermédiaires par un utilisateur sont masquées)
Ligne 8 : Ligne 8 :
 
Les parlers les plus occidentaux (gascon noir et médoquin) sont les plus divergents par rapport au languedocien, dialecte central de l’occitan. Le ''gascon noir'' présente la particularité de prononcer le e [ø]: '''negre''' [ˈnøɣrə]. Sur une partie du territoire de ce parler, on a bien d’autres particularismes: phonétiques comme la réduction de la diphtongue ''ue'' à ''u'' ('''huec''' [hyk] "feu") et de la triphtongue ''ueu'' à ''uu'' (buu [byw] "boeuf"), particularismes morphologiques comme les formes '''em''', '''et''', '''es'''… des pronoms personnels compléments, le nombre relativement faible de verbes à conjugaison inchoative ou l’imparfait en –''ivi'' de certains verbes en –''er'' ('''caliva''' "il fallait"), particularismes syntaxiques comme la généralisation du relatif '''dont''' dans tous les cas. Le gascon noir va de Bayonne au sud-ouest de la Gironde (hors bassin d’Arcachon) en englobant la moitié occidentale des Landes: ce vaste domaine connaît lui-même une forte variation interne.
 
Les parlers les plus occidentaux (gascon noir et médoquin) sont les plus divergents par rapport au languedocien, dialecte central de l’occitan. Le ''gascon noir'' présente la particularité de prononcer le e [ø]: '''negre''' [ˈnøɣrə]. Sur une partie du territoire de ce parler, on a bien d’autres particularismes: phonétiques comme la réduction de la diphtongue ''ue'' à ''u'' ('''huec''' [hyk] "feu") et de la triphtongue ''ueu'' à ''uu'' (buu [byw] "boeuf"), particularismes morphologiques comme les formes '''em''', '''et''', '''es'''… des pronoms personnels compléments, le nombre relativement faible de verbes à conjugaison inchoative ou l’imparfait en –''ivi'' de certains verbes en –''er'' ('''caliva''' "il fallait"), particularismes syntaxiques comme la généralisation du relatif '''dont''' dans tous les cas. Le gascon noir va de Bayonne au sud-ouest de la Gironde (hors bassin d’Arcachon) en englobant la moitié occidentale des Landes: ce vaste domaine connaît lui-même une forte variation interne.
  
Il faut entendre par ''médoquin'' un ensemble de parlers qui couvrent, en plus du Médoc, Bordeaux et ses environs et le nord du bassin d’Arcachon. Nous rencontrons ici aussi une puissante originalité au sein de l’ensemble gascon tant dans le lexique, souvent très francisé, que dans la phonétique comme le passage à [ə], voire la chute, de ''a'' prétonique: '''cantarà''' [kantəˈra], voire [kantʔˈra], ou, localement, la réalisation [u] de –''a'' final ('''vaca''' [ˈbaku]), ou que dans la morphologie (prétérits en ''u''- des verbes du troisième groupe, désinence -''re'' à l’infinitif de certains d’entre eux).
+
Il faut entendre par ''médoquin'' un ensemble de parlers qui couvrent, en plus du Médoc, Bordeaux et ses environs et le nord du bassin d’Arcachon. Nous rencontrons ici aussi une puissante originalité au sein de l’ensemble gascon tant dans le lexique, souvent d'ailleurs très francisé, que dans la phonétique comme le passage à [ə], voire à une simple occlusive glottale, de ''a'' prétonique du futur des verbes du premier groupe: '''cantarà''' [kantəˈra], voire [kantʔˈra], ou, localement, la réalisation [u] de –''a'' final ('''vaca''' [ˈbaku]), ou que dans la morphologie (prétérits en ''u'' [y] des verbes du second groupe, désinence -''re'' à l’infinitif de certains d’entre eux).
  
 
Plus à l’est, les parlers du Bazadais, de l’Albret et de la Chalosse s’écartent moins des autres parlers gascons.
 
Plus à l’est, les parlers du Bazadais, de l’Albret et de la Chalosse s’écartent moins des autres parlers gascons.
Ligne 16 : Ligne 16 :
 
== Le gascon pyrénéen ==
 
== Le gascon pyrénéen ==
  
C’est dans les vallées montagnardes, qui lui donnent son nom, que nous trouvons le gascon pyrénéen. Les parlers pyrénéens accumulent les traits qui donnent au gascon sa spécificité dans l’ensemble occitan. D’ouest en est, on trouve le pyrénéen occidental (aspois-barétounais et ossalois), le pyrénéen central (parlers lavedanais et du Haut-Adour), le pyrénéen oriental (vallée d’Aure, Louron, Barousse, Haut-Comminges et Couserans où cinq parlers ont été identifié (Ensergueix 2012): bas-couserannais, haut-couserannais, castillonnais, volvestrais et massatois, celui-ci présentant plusieurs traits languedociens). Le gascon-pyrénéen emploie l'article défini '''eth''', '''era''' (2).
+
C’est dans les vallées montagnardes, qui lui donnent son nom, que nous trouvons le ''gascon pyrénéen''. Les parlers pyrénéens accumulent les traits qui donnent au gascon sa spécificité dans l’ensemble occitan. D’ouest en est, on trouve:
  
* L’aspois-barétounais, qui n’est parlé que dans deux vallées, a conservé les occlusives sourdes [k], [p], [t] du latin à l’intervocalique: '''sèca''' "ronce", ailleurs '''sèga'''; '''sapa''' "sève", ailleurs '''saba'''; '''Que’m sòi lhevata''' 'je me suis levée", à Pau et Oloron '''Que’m sòi lhevada'''.
+
* le pyrénéen occidental (aspois-barétounais et ossalois)
C’est un cas de conservatisme unique dans la Romania occidentale, que ces parlers partagent avec le basque. Ces mêmes consonnes sourdes se sonorisent après nasale: '''blanga''' "blanche", ailleurs '''blanca'''; '''crombar''' "acheter", ailleurs '''crompar'''; '''candar''' "chanter", ailleurs '''cantar'''.
+
  
Ce ne sont pas les seuls traits originaux de ces parlers qui emploient, par exemple, le verbe '''ir''' "aller" ou réalisent localement [j] le suffixe –''atge'': '''vilatge''' [biˈlaje].
+
* le pyrénéen central (parlers lavedanais et du Haut-Adour)
  
* L'ossalois a des affinités avec l'aspois-barétounais: il dit '''blanga''', '''crombar''', '''candar''', mais a subi l'influence des parlers de la plaine, avec laquelle de nombreux contacts semblent avoir existé depuis longtemps. Ainsi, presque toutes les localités de la vallée emploient l'article '''lo''', '''la'''.
+
* le pyrénéen oriental (vallée d’Aure, Louron, Barousse, Haut-Comminges (avec une forte spécificité du parler local de Luchon) et Couserans où cinq parlers locaux ont été identifiés (Ensergueix 2012): bas-couserannais, haut-couserannais, castillonnais, volvestrais et massatois, celui-ci présentant plusieurs traits languedociens). Le gascon-pyrénéen emploie l'article défini '''eth''', '''era''' (2).
  
* Cependant, les parlers qui présentent le gradient de gasconnité  le plus élevé en même temps qu’un certain nombre de caractéristiques propres sont ceux du Lavedan et du Haut-Adour; conjugaison originale des auxiliaires: par ex. '''èm''' pour '''avem''', '''dès''' et '''de''' pour '''ès''' et '''ei'''), passage de ''au'' prétonique à ''ai'': '''airà''' "il aura"), chute du ''d'' intervocalique latin (CADERE > '''cair''' ou '''quèr''' "tomber", '''pruèra''', '''polh'''…
+
Le parler ''aspois-barétounais'', qui n’est parlé que dans deux vallées, a conservé les occlusives sourdes [k], [p], [t] du latin à l’intervocalique: '''sèca''' "ronce", ailleurs '''sèga'''; '''sapa''' "sève", ailleurs '''saba'''; '''Que’m sòi lhevata''' 'je me suis levée", à Pau et Oloron '''Que’m sòi lhevada'''. C’est un cas de conservatisme unique dans la Romania occidentale, que ces parlers partagent avec le basque. Ces mêmes consonnes sourdes se sonorisent après nasale: '''blanga''' "blanche", ailleurs '''blanca'''; '''crombar''' "acheter", ailleurs '''crompar'''; '''candar''' "chanter", ailleurs '''cantar'''.
  
Ces parlers présentent aussi un nombre de mots prélatins plus élevé qu’ailleurs.
+
Ce ne sont pas les seuls traits originaux de ces parlers qui emploient, par exemple, le verbe '''ir''' "aller" ou réalisent localement [j] le suffixe –''atge'': '''vilatge''' [biˈlaje].
  
* Plus à l’est, le gascon pyrénéen oriental, dans lequel il faut inclure les parlers du Val d’Aran, présentent des spécificités, parfois localisées, comme la prononciation [jɔ] de l’article indéfini féminin '''ua''', la prononciation [tj] ou [ʧ] de certains –''t'' finaux ('''prat''' [praʧ], « pré »), le pluriel en –''i'' ou -''is'' de certains déterminants et adjectifs ('''vòsti drets''' "vos droits", '''aquestis ans''' "ces dernières années", la forme '''enà''' de la préposition '''ende''' / '''entà''' "pour", les prétérits en –''e'' ('''batec''' "il battit") que l’on retrouve plus au nord.
+
Le parler ''ossalois'' a des affinités avec l'aspois-barétounais: il dit '''blanga''', '''crombar''', '''candar''', mais a subi l'influence des parlers de la plaine, avec laquelle de nombreux contacts semblent avoir existé depuis longtemps. Ainsi, presque toutes les localités de la vallée emploient l'article '''lo''', '''la'''.
  
Les parlers du Comminges et du Couserans ont aussi quelques affinités avec les parlers languedociens proches, comme la diphtongaison avec [j] des groupes voyelle + -''s'' devant certaines consonnes ('''desbrembar''' [dejβremˈba] "oublier", '''vos demandi''' [buj ðeˈmandi] "je vous demande", ou les imparfaits imparfaits en –'''' pour les verbes du deuxième et du troisième groupes.
+
Cependant, les parlers qui présentent le gradient de gasconnité  le plus élevé en même temps qu’un certain nombre de caractéristiques propres sont ceux du ''Lavedan'' et du ''Haut-Adour'': conjugaison originale des auxiliaires (par ex. '''èm''' pour '''avem''', '''dès''' et '''de''' pour '''ès''' et '''ei'''), passage de ''au'' prétonique à ''ai'' ('''airà''' "il aura"), chute du ''d'' intervocalique latin (CADERE > '''quèr''' "tomber", '''pruèra''', '''polh'''… Ces parlers présentent aussi un nombre de mots prélatins plus élevé qu’ailleurs.
  
 +
Plus à l’est, le ''gascon pyrénéen oriental'', dans lequel il faut inclure les parlers du ''val d’Aran'', présentent des spécificités, parfois localisées, comme la prononciation [jɔ] de l’article indéfini féminin '''ua''', la prononciation [tj] ou [ʧ] de certains –''t'' finaux ('''prat''' [praʧ], « pré »), le pluriel en –''i'' ou -''is'' de certains déterminants et adjectifs ('''vòsti drets''' "vos droits", '''aquestis ans''' "ces dernières années", la forme '''enà''' de la préposition '''ende''' / '''entà''' "pour", les prétérits en –''e'' ('''batec''' "il battit") que l’on retrouve plus au nord. Ici aussi le D intervocalique latin tombe: '''cair''', '''quèir''' "tomber".
 +
 +
Les parlers du ''Comminges'' et du ''Couserans'' ont aussi quelques affinités avec les parlers languedociens proches, comme la diphtongaison avec [j] des groupes voyelle + -''s'' devant certaines consonnes ('''desbrembar''' [dejβremˈba] "oublier", '''vos demandi''' [buj ðeˈmandi] "je vous demande", ou les imparfaits imparfaits en –''iá'' pour les verbes du deuxième et du troisième groupes.
  
 
== Le gascon oriental ==
 
== Le gascon oriental ==
  
Au nord des ces parlers et à l’est de la ligne Agen-Pau se trouve le ''gascon oriental''. Maintenant la distinction dans la prononciation, entre –''a'' et-''e'' post-toniques, il ne connaît pas les subjonctifs en –''i''. À l’échelle occitane, les parlers de l’est du Béarn présentent encore une physionomie très typée et sont à la base du béarnais classique des félibres. Les parlers du nord de la Bigorre en sont proches, mais sont déjà plus "orientaux" par la prononciation [w] du ''v'' intervocalique ou les infinitifs de type '''prénguer''', '''ténguer'''.
+
Au nord des ces parlers et à l’est de la ligne Agen-Pau se trouve le ''gascon oriental''. Maintenant la distinction, dans la prononciation, entre –''a'' et -''e'' post-toniques, il ne connaît pas les subjonctifs en –''i''. À l’échelle occitane, les parlers de l’est du Béarn présentent encore une physionomie très typée et sont à la base du béarnais classique des félibres. Les parlers du nord de la Bigorre en sont proches, mais sont déjà plus "orientaux" par la prononciation [w] du ''v'' intervocalique ou les infinitifs de type '''prénguer''', '''ténguer'''.
  
Plus au nord, l’Armagnac, au coeur de la Gascogne, n’est pas linguistiquement homogène et il faut distinguer le Bas-Armagnac dont les parlers continuent ceux des Landes voisines (ils se classent donc dans le gascon occidental) et le Haut-Armagnac, qui constitue un type de gascon dans lequel les caractéristiques propres du dialecte et les affinités avec le languedocien s’équilibrent, au point que certains ont pensé que cet "armagnacais"-là devrait servir de base à la langue littéraire et à un gascon standard. Les désinences –''èm'', -''ètz'' au présent (''batèm'' "nous battons", '''bastishèm''' "nous bâtissons") sont une de ces affinités languedociennes, tout comme le passage de –''d''- intervocalique latin à [z] (VIDERE > '''véser''' "voir"), qui se produit dans les autres dialectes occitans. Malheureusement, le gascon du Haut-Armagnac n’a pas encore été illustré par une forte tradition littéraire.
+
Plus au nord, l’Armagnac, au coeur de la Gascogne, n’est pas linguistiquement homogène et il faut distinguer le Bas-Armagnac dont les parlers sont proches de ceux des Landes voisines (ils se classent d'ailleurs pour certains d'entre eux dans le gascon occidental) et le Haut-Armagnac, qui constitue un type de gascon dans lequel les caractéristiques propres du dialecte et les affinités avec le languedocien s’équilibrent, au point que certains ont pensé que cet "armagnacais"-là devrait servir de base à la langue littéraire et à un gascon standard. Les désinences –''èm'', -''ètz'' au présent ('''batèm''' "nous battons", '''bastishèm''' "nous bâtissons") sont une de ces affinités languedociennes, tout comme le passage de –''d''- intervocalique latin à [z] (VIDERE > '''véser''' "voir"), qui se produit dans les autres dialectes occitans. Malheureusement, le gascon du Haut-Armagnac n’a pas encore été illustré par une forte tradition littéraire.
  
 
Plus à l’est, en Lomagne et en Gascogne toulousaine, les affinités avec le languedocien sont de plus en plus nombreuses: absence d’évolution R- initial > ''arr''-; absence de l’énonciatif et de la négation ''ne'' dans les propositions négatives. La transition vers le languedocien reste toutefois assez brutale puisque les isoglosses s’accumulent sur une largeur de quelques km. Ces parlers lomagnols et toulousains restent incontestablement gascons avec l’évolution F > [h], imparfaits en –''èvi'', prononciation [w] de ''v''…
 
Plus à l’est, en Lomagne et en Gascogne toulousaine, les affinités avec le languedocien sont de plus en plus nombreuses: absence d’évolution R- initial > ''arr''-; absence de l’énonciatif et de la négation ''ne'' dans les propositions négatives. La transition vers le languedocien reste toutefois assez brutale puisque les isoglosses s’accumulent sur une largeur de quelques km. Ces parlers lomagnols et toulousains restent incontestablement gascons avec l’évolution F > [h], imparfaits en –''èvi'', prononciation [w] de ''v''…
 
  
 
== "Coeur de gascon " ==
 
== "Coeur de gascon " ==
Ligne 47 : Ligne 48 :
 
Il faut encore mentionner une zone à cheval sur le gascon occidental, le gascon oriental et le gascon pyrénéen, dans laquelle on trouve les tendances suivantes:
 
Il faut encore mentionner une zone à cheval sur le gascon occidental, le gascon oriental et le gascon pyrénéen, dans laquelle on trouve les tendances suivantes:
  
* [ɔ] > [u] et [ɛ] > [e] après consonne nasale ([m] ou [n]): '''noste''' "notre", '''meu''' "miel", '''gusmeth''' "peloton de fil", '''noça''' "noce". Certaines de ces formes, plus localisées ne sont d'ailleurs pas employées à l'écrit: [pɾyˈme], [pɾeˈme] ('''prumèr'' ou '''premèr''', "premier"); [kuɾˈne] ('''cornèr''' "coin"), [mesˈte) ('''mèste''' "maître"), [diˈnes] '''dinèrs''' "argent", [baˈɲeɾɔs] '''Banhèras''' "Bagnères", [diˈmeɾs] '''dimèrcs''' "mercredi". Ce changement n'est pas systématique et dans la même zone se côtoient '''neu''' et '''nèu''' "neige".
+
* [ɔ] > [u] et [ɛ] > [e] après consonne nasale ([m] ou [n]): '''noste''' "notre", '''meu''' "miel", '''gusmeth''' "peloton de fil", '''noça''' "noce". Certaines de ces formes, plus localisées ne sont d'ailleurs pas employées à l'écrit: [pɾyˈme], [pɾeˈme] ('''prumèr''' ou '''premèr''', "premier"); [kuɾˈne] ('''cornèr''' "coin"), [mesˈte) ('''mèste''' "maître"), [diˈnes] '''dinèrs''' "argent", [baˈɲeɾɔs] '''Banhèras''' "Bagnères", [diˈmeɾs] '''dimèrcs''' "mercredi". Ce changement n'est pas systématique et dans la même zone se côtoient '''neu''' et '''nèu''' "neige".
  
* [β] > [p] et [ð] > [t] après ''l'' vocalisé en [w], ''m'', ''n'' et ''r'': '''crampa''' "chambre", '''ompra''' "ombre", '''arplo''' "arbre", '''hauta''' "giron", '''carca''' "charge". Ce changement n'es jamais systématique et des formes comme '''arbo''', '''arbe''', '''ombra''', existent dans la même zone.
+
* [β] > [p] et [ð] > [t] après ''l'' vocalisé en [w], ''m'', ''n'' et ''r'': '''crampa''' "chambre", '''ompra''' "ombre", '''arplo''' "arbre", '''hauta''' "giron", '''carca''' "charge". Ce changement n'est jamais systématique et des formes comme '''arbo''', '''arbe''', '''ombra''', existent dans la même zone.
  
* [u] > [y] en contexte palatal: '''potz''' > '''putz''' "puits", '''molhar''' > '''mulhar''' "mouiller", '''moishar''' > '''muishar'''' "montrer", POSTIUS > '''puish''' "puis". Si une forme comme '''muishar''' est extrêmement répandue, d'autres sont plus localisées, et certains mots ne semblent pas connaître ce changement: '''cosina''' "cuisine".
+
* [u] > [y] en contexte palatal: '''potz''' > '''putz''' "puits", '''molhar''' > '''mulhar''' "mouiller", '''moishar''' > '''muishar''' "montrer", POSTIUS > '''puish''' "puis". Si une forme comme '''muishar''' est extrêmement répandue, d'autres sont plus localisées, et certains mots ne semblent pas connaître ce changement: '''cosina''' "cuisine".
  
 
Cette zone, qui comprend le sud des Landes, la plaine béarnaise et le Lavedan, est celle de parlers où les traits linguistiques gascons sont extrêmement prégnants, constituant une forme de langue, y compris écrite, dont l'éloignement avec l'occitan général est particulièrement marqué. C'est pourquoi nous proposons de l'appeler ''coeur de gascon''. Aussi bien est-ce dans une partie de cette zone que l'écrit gascon est le plus pratiqué depuis maintenant plus d'un siècle.
 
Cette zone, qui comprend le sud des Landes, la plaine béarnaise et le Lavedan, est celle de parlers où les traits linguistiques gascons sont extrêmement prégnants, constituant une forme de langue, y compris écrite, dont l'éloignement avec l'occitan général est particulièrement marqué. C'est pourquoi nous proposons de l'appeler ''coeur de gascon''. Aussi bien est-ce dans une partie de cette zone que l'écrit gascon est le plus pratiqué depuis maintenant plus d'un siècle.
Ligne 66 : Ligne 67 :
 
(1) Le catalan oriental prononce lui aussi [ə] ''a'' et ''e'' finaux, et d'ailleurs généralement tous les ''a'' et ''e'' atones.
 
(1) Le catalan oriental prononce lui aussi [ə] ''a'' et ''e'' finaux, et d'ailleurs généralement tous les ''a'' et ''e'' atones.
  
(2) Celui-ci déborde du domaine pyrénéen en direction de la plaine: Olorn, Lucq-de-Béarn et Tarbes l'emploient.
+
(2) Celui-ci déborde du domaine pyrénéen en direction de la plaine: Oloron, Lucq-de-Béarn et Tarbes l'emploient.
 +
 
 +
 
 +
 
 +
[[Category:L'occitan, le gascon, parmi les langues de France]]

Version actuelle en date du 11 décembre 2019 à 17:00

Si l'occitan connaît une grande diversité (variation interne, en terme de linguistique), il en va de même, à son tour, pour le gascon: du Médoc aux vallées pyrénéennes et de la côte atlantique aux rives de la Garonne, il est divisé en sous-dialectes, qui comprennent chacun plusieurs parlers. On a néanmoins pu identifier, au sein du gascon, trois sous-dialectes: le gascon occidental, le gascon pyrénéen et le gascon oriental.


Sommaire

Le gascon occidental

Le gascon occidental regroupe des parlers qui ont en commun la neutralisation de a et e post-toniques, c’est-à-dire que la distinction n’est plus faite dans la prononciation et qu’ils sont tous deux réalisés [ə]: vaca [ˈbakə] "vache", compte [ˈkuntə] "homme". Cela a généralement pour conséquence l’apparition de subjonctifs en i, comme en catalan oriental (1), afin d’éviter que ce temps ne soit identique à l’indicatif présent: Que cantas, Que voi que cantis.

Les parlers les plus occidentaux (gascon noir et médoquin) sont les plus divergents par rapport au languedocien, dialecte central de l’occitan. Le gascon noir présente la particularité de prononcer le e [ø]: negre [ˈnøɣrə]. Sur une partie du territoire de ce parler, on a bien d’autres particularismes: phonétiques comme la réduction de la diphtongue ue à u (huec [hyk] "feu") et de la triphtongue ueu à uu (buu [byw] "boeuf"), particularismes morphologiques comme les formes em, et, es… des pronoms personnels compléments, le nombre relativement faible de verbes à conjugaison inchoative ou l’imparfait en –ivi de certains verbes en –er (caliva "il fallait"), particularismes syntaxiques comme la généralisation du relatif dont dans tous les cas. Le gascon noir va de Bayonne au sud-ouest de la Gironde (hors bassin d’Arcachon) en englobant la moitié occidentale des Landes: ce vaste domaine connaît lui-même une forte variation interne.

Il faut entendre par médoquin un ensemble de parlers qui couvrent, en plus du Médoc, Bordeaux et ses environs et le nord du bassin d’Arcachon. Nous rencontrons ici aussi une puissante originalité au sein de l’ensemble gascon tant dans le lexique, souvent d'ailleurs très francisé, que dans la phonétique comme le passage à [ə], voire à une simple occlusive glottale, de a prétonique du futur des verbes du premier groupe: cantarà [kantəˈra], voire [kantʔˈra], ou, localement, la réalisation [u] de –a final (vaca [ˈbaku]), ou que dans la morphologie (prétérits en u [y] des verbes du second groupe, désinence -re à l’infinitif de certains d’entre eux).

Plus à l’est, les parlers du Bazadais, de l’Albret et de la Chalosse s’écartent moins des autres parlers gascons.

Le gascon occidental s’étend à l’ouest d’une ligne Agen-Pau et englobe la totalité de la Gironde et des Landes, le sud-ouest du Lot-et-Garonne, quelques communes du nord-ouest et de l’ouest du Gers et un grand nord-ouest du Béarn, ainsi que le Bas-Adour.

Le gascon pyrénéen

C’est dans les vallées montagnardes, qui lui donnent son nom, que nous trouvons le gascon pyrénéen. Les parlers pyrénéens accumulent les traits qui donnent au gascon sa spécificité dans l’ensemble occitan. D’ouest en est, on trouve:

  • le pyrénéen occidental (aspois-barétounais et ossalois)
  • le pyrénéen central (parlers lavedanais et du Haut-Adour)
  • le pyrénéen oriental (vallée d’Aure, Louron, Barousse, Haut-Comminges (avec une forte spécificité du parler local de Luchon) et Couserans où cinq parlers locaux ont été identifiés (Ensergueix 2012): bas-couserannais, haut-couserannais, castillonnais, volvestrais et massatois, celui-ci présentant plusieurs traits languedociens). Le gascon-pyrénéen emploie l'article défini eth, era (2).

Le parler aspois-barétounais, qui n’est parlé que dans deux vallées, a conservé les occlusives sourdes [k], [p], [t] du latin à l’intervocalique: sèca "ronce", ailleurs sèga; sapa "sève", ailleurs saba; Que’m sòi lhevata 'je me suis levée", à Pau et Oloron Que’m sòi lhevada. C’est un cas de conservatisme unique dans la Romania occidentale, que ces parlers partagent avec le basque. Ces mêmes consonnes sourdes se sonorisent après nasale: blanga "blanche", ailleurs blanca; crombar "acheter", ailleurs crompar; candar "chanter", ailleurs cantar.

Ce ne sont pas les seuls traits originaux de ces parlers qui emploient, par exemple, le verbe ir "aller" ou réalisent localement [j] le suffixe –atge: vilatge [biˈlaje].

Le parler ossalois a des affinités avec l'aspois-barétounais: il dit blanga, crombar, candar, mais a subi l'influence des parlers de la plaine, avec laquelle de nombreux contacts semblent avoir existé depuis longtemps. Ainsi, presque toutes les localités de la vallée emploient l'article lo, la.

Cependant, les parlers qui présentent le gradient de gasconnité le plus élevé en même temps qu’un certain nombre de caractéristiques propres sont ceux du Lavedan et du Haut-Adour: conjugaison originale des auxiliaires (par ex. èm pour avem, dès et de pour ès et ei), passage de au prétonique à ai (airà "il aura"), chute du d intervocalique latin (CADERE > quèr "tomber", pruèra, polh… Ces parlers présentent aussi un nombre de mots prélatins plus élevé qu’ailleurs.

Plus à l’est, le gascon pyrénéen oriental, dans lequel il faut inclure les parlers du val d’Aran, présentent des spécificités, parfois localisées, comme la prononciation [jɔ] de l’article indéfini féminin ua, la prononciation [tj] ou [ʧ] de certains –t finaux (prat [praʧ], « pré »), le pluriel en –i ou -is de certains déterminants et adjectifs (vòsti drets "vos droits", aquestis ans "ces dernières années", la forme enà de la préposition ende / entà "pour", les prétérits en –e (batec "il battit") que l’on retrouve plus au nord. Ici aussi le D intervocalique latin tombe: cair, quèir "tomber".

Les parlers du Comminges et du Couserans ont aussi quelques affinités avec les parlers languedociens proches, comme la diphtongaison avec [j] des groupes voyelle + -s devant certaines consonnes (desbrembar [dejβremˈba] "oublier", vos demandi [buj ðeˈmandi] "je vous demande", ou les imparfaits imparfaits en – pour les verbes du deuxième et du troisième groupes.

Le gascon oriental

Au nord des ces parlers et à l’est de la ligne Agen-Pau se trouve le gascon oriental. Maintenant la distinction, dans la prononciation, entre –a et -e post-toniques, il ne connaît pas les subjonctifs en –i. À l’échelle occitane, les parlers de l’est du Béarn présentent encore une physionomie très typée et sont à la base du béarnais classique des félibres. Les parlers du nord de la Bigorre en sont proches, mais sont déjà plus "orientaux" par la prononciation [w] du v intervocalique ou les infinitifs de type prénguer, ténguer.

Plus au nord, l’Armagnac, au coeur de la Gascogne, n’est pas linguistiquement homogène et il faut distinguer le Bas-Armagnac dont les parlers sont proches de ceux des Landes voisines (ils se classent d'ailleurs pour certains d'entre eux dans le gascon occidental) et le Haut-Armagnac, qui constitue un type de gascon dans lequel les caractéristiques propres du dialecte et les affinités avec le languedocien s’équilibrent, au point que certains ont pensé que cet "armagnacais"-là devrait servir de base à la langue littéraire et à un gascon standard. Les désinences –èm, -ètz au présent (batèm "nous battons", bastishèm "nous bâtissons") sont une de ces affinités languedociennes, tout comme le passage de –d- intervocalique latin à [z] (VIDERE > véser "voir"), qui se produit dans les autres dialectes occitans. Malheureusement, le gascon du Haut-Armagnac n’a pas encore été illustré par une forte tradition littéraire.

Plus à l’est, en Lomagne et en Gascogne toulousaine, les affinités avec le languedocien sont de plus en plus nombreuses: absence d’évolution R- initial > arr-; absence de l’énonciatif et de la négation ne dans les propositions négatives. La transition vers le languedocien reste toutefois assez brutale puisque les isoglosses s’accumulent sur une largeur de quelques km. Ces parlers lomagnols et toulousains restent incontestablement gascons avec l’évolution F > [h], imparfaits en –èvi, prononciation [w] de v

"Coeur de gascon "

Il faut encore mentionner une zone à cheval sur le gascon occidental, le gascon oriental et le gascon pyrénéen, dans laquelle on trouve les tendances suivantes:

  • [ɔ] > [u] et [ɛ] > [e] après consonne nasale ([m] ou [n]): noste "notre", meu "miel", gusmeth "peloton de fil", noça "noce". Certaines de ces formes, plus localisées ne sont d'ailleurs pas employées à l'écrit: [pɾyˈme], [pɾeˈme] (prumèr ou premèr, "premier"); [kuɾˈne] (cornèr "coin"), [mesˈte) (mèste "maître"), [diˈnes] dinèrs "argent", [baˈɲeɾɔs] Banhèras "Bagnères", [diˈmeɾs] dimèrcs "mercredi". Ce changement n'est pas systématique et dans la même zone se côtoient neu et nèu "neige".
  • [β] > [p] et [ð] > [t] après l vocalisé en [w], m, n et r: crampa "chambre", ompra "ombre", arplo "arbre", hauta "giron", carca "charge". Ce changement n'est jamais systématique et des formes comme arbo, arbe, ombra, existent dans la même zone.
  • [u] > [y] en contexte palatal: potz > putz "puits", molhar > mulhar "mouiller", moishar > muishar "montrer", POSTIUS > puish "puis". Si une forme comme muishar est extrêmement répandue, d'autres sont plus localisées, et certains mots ne semblent pas connaître ce changement: cosina "cuisine".

Cette zone, qui comprend le sud des Landes, la plaine béarnaise et le Lavedan, est celle de parlers où les traits linguistiques gascons sont extrêmement prégnants, constituant une forme de langue, y compris écrite, dont l'éloignement avec l'occitan général est particulièrement marqué. C'est pourquoi nous proposons de l'appeler coeur de gascon. Aussi bien est-ce dans une partie de cette zone que l'écrit gascon est le plus pratiqué depuis maintenant plus d'un siècle.






(1) Le catalan oriental prononce lui aussi [ə] a et e finaux, et d'ailleurs généralement tous les a et e atones.

(2) Celui-ci déborde du domaine pyrénéen en direction de la plaine: Oloron, Lucq-de-Béarn et Tarbes l'emploient.