Accueil

De Wikigram
Aller à : Navigation, rechercher


L'article du mois


LE GENRE DES NOMS: CAS DIFFICILES


Cas général

En occitan, et par conséquent en gascon, la terminaison des noms permet souvent de prévoir leur genre: les noms terminés par -a sont généralement féminins alors que les noms terminés par -e, par -i, par -o, par une diphtongue ou par une consonne sont généralement masculins.


Exceptions

Les exceptions sont nombreuses.

  • Il existe de nombreux noms de formation savante en -a masculins; ce sont surtout des noms d'origine grecque: anatèma, despòta, drama, monarca, poèma, poèta, problèma, programa, sistèma...
  • Inversement, de nombreux noms de formation savante en -i, d'origine grecque, sont féminins: crisi, ellipsi, genèsi, sintaxi, sintèsi, tèsi... C'est notamment le cas des noms désignant une pathologie terminés par le suffixe -iti: apendiciti, coliti, riniti...
  • Les noms terminés par les suffixes -or, -tat (variante: -dat), -tud et -tut sont féminins: color, grandor, valor; libertat, soledat; abitud, vertut...
  • Il existe également des noms en -a, souvent, mais pas toujours, d'origine grecque, qui peuvent être, selon les cas, masculins ou féminins: acrobata, atlèta, camarada, collèga, democrata, diplomata, gimnasta, ipocrita... ; c'est notamment le cas des noms terminés par le suffixe -ista: ciclista, dentista, pianista... En outre, la langue populaire a créé des noms en -a, de sens péjoratif, qui peuvent s'appliquer aussi bien à des individus de sexe masculin qu'à des individus de sexe féminin: antimoèna ("individu balourd ou loufoque"), arromèra ("ronchonneur"), bornuga (un "balourd") bahòrla ou bahurla ("hurluberlu"), bartòla ("hâbleur", "bateleur"), lanchira ("gringalet", "pauvre hère"), ploramica ("pleurnicheur"), shabraca ("qui parle à tort et à travers"); il faut ranger dans cette catégorie des francismes comme arsolha ("arsouille", fr.), cangrèna ("garnement"), ivronha ("ivrogne", fr.)... Ces noms sont donnés par erreur en -e dans le dictionnaire français-gascon de Per Noste. À cette liste, on peut ajouter un nom comme palhassa ("clown").
  • Il existe par ailleurs une série d'hypocoristiques masculins en -a, utilisés dans la langue populaire: Menica, Zidòra...


Mots dont le genre peut être délicat à déterminer

En dehors de ces séries de cas, il convient de prêter attention au genre des noms suivants:

acàcia fém.: "acacia"

agau fém.: "canal"

agenda fém.: "agenda"

aglot fém.: "avalanche"

agla fém.: "aigle"

ahromitz, variante d'ahromiga fém.: "fourmi"

aigardent fém.: "eau-de-vie"

aise masc.: "aise" fém.

alet fém.: "souffle", "respiration"

archipèla masc.: archipel

armari masc.: armoire

arraditz fém.: "racine"

arrelòtge masc.: "horloge"

averan masc.: "noisette"

begònia fém.: "bégonia"

bòa fém.: "boa"

calma fém.: "calme"

camèlia fém.: "camélia"

carrau fém.: "chemin creux"

catau fém.: "char rustique"

cauç fém.: "souche"

cene et sa variante cièr fém.: "cendre"

chifra fém.: chiffre

còbra fém.: cobra

dàlia fém.: dahlia

decenni masc.: "décennie"

destrau fém.: "hache"

deute masc.: "dette"

diocèsi fém.: "diocèse"

Egipte fém.: "Égypte"

encontre masc.: "rencontre"

epitafi masc.: "épitaphe"

escot masc.: "écoute"

eslit fém.: "avalanche"

estruci masc.: "autruche"

faringe masc.: "pharynx"

flèuma fém.: "flegme"

frau masc.: "fraude"

gai masc.: "joie", "gaîté"'

gèira fém.: "lierre"

gesta ou nhesta fém.: "genêt"

glaç masc.: "glace"

hantauma masc., mais fém. dans la langue populaire: "fantôme"

hauç fém.: "faucille"

idilli masc.: "idylle"

imatge masc.: "image"

irange masc.: "orange"

isòp masc.: "hysope"

jusquiame masc.: "jusquiame"

labor fém.: "labour"

lan fém.: "laine"

lar fém.: "dalle du foyer"

laringe fém.: "larynx"

lèbe fém.: "lièvre"

leishiu masc.: "eau de lessive"

lèit fém.: "lait"

lèits fém. pl.: "thymus de veau"

limit masc.: "limite"

lutz fém.: "lumière"

manca fém.: "manque"

meit et sa variante mèit fém.: "huche"

memòri masc.: "mémoire" (écrit)

mensonja fém.: "mesonge"

mercés fém.: "merci"

metòde masc.: "méthode"

muscle masc.: "moule" (mollusque)

nacre masc.: "nacre"

nubla fém.: "nuage"

obsèquis masc. pl.: "obsèques"

òli masc.: "huile"

orquèstra fém.: "orchestre"

palhassa masc.: "clown"

paret fém.: "mur"

periòde masc.: "période"

piet masc.: "poitrine"

postema fém.: "pus"

prefaci masc.: "préface"

preshec (/ pershec) masc.: "pêche" (fruit)

puç fém.: "puce"; "gros intestin"; "cul"; "saucisson"

quaresma masc.: "carême"

sang fém.: sang

sau fém.: "sel"

semau fém.: "comporte"

sèrp fém.: "serpent"

sòja fém.: "soja"

soritz fém.: "souris"

sot fém.: "porcherie"

tarifa fém.: "tarif"

topazi masc.: "topaze"

tòr masc.: "gelée"

tos fém.: "toux"

trèfla fém.: "trèfle blanc cultivé"

treslutz fém.: "pénombre"

uèrdi masc.: "orge"

ume ou umbe fém.: "clavicule"; "épaule"

ungla fém.: "ongle"

unicòrn masc.: "licorne"

viahòra fém.: "cri de détresse", "grand cri"

vit fém.: "vigne"

vop fém.: "renard"


Cas particuliers

  • Arriu est souvent féminin dans les textes félibréens. Il 'agit très probablement d'une influence du français "rivière"; ce mot est normalement masculin.
  • Hantauma est normalement masculin, mais féminin dans la langue populaire.
  • Il y a une hésitation entre malaisa (féminin) et malaise (masculin); cette dernière forme semble être plus correcte.
  • Les substantifs suivant peuvent prendre les deux genres: agau, "canal de champ"; arromèc, "ronce"; canau, "canal", "chéneau".
  • Sang est normalement féminin. Cela s'est conservé dans les parlers pyrénéens. Dans la plaine, il est souvent masculin, par une influence du français qui est è rejeter.

Dejà de l'estiu la sang plapoteja. (Al-Cartéro)

  • Mèu est normalement masculin, mais féminin dans certains parlers.
  • Dent est normalement masculin, mais féminin dans les parlers pyrénéens.
  • Certains mots sont masculins au singulier et féminin au pluriel: l'amor (masc.), las amors; l'apetit (masc.), las apetits; l'art (masc.), las arts. Aunor, masc., a deux pluriels différents: los aunors, "les honneurs", et las aunors, "les honneurs" (plus fréquent que le premier) et aussi "les funérailles".