Emploi de PER et d'(EN)TÀ

De Wikigram
Aller à : Navigation, rechercher

La préposition gasconne entà (souvent abrégé en ) équivaut à la préposition française "pour". D'autre part, la préposition gasconne per équivaut à la préposition française "par", mais aussi, dans certains cas, à "pour". Il convient donc de savoir, lorsqu'on a "pour" en français, s'il convient d'employer (en)tà ou per. Il convient d'éviter d'employer mécaniquement (en)tà chaque fois que le français dit "pour" car c'est la source de nombreuses fautes.


Sommaire

(EN)TÀ

(En)tà indique le but, la destination:

Que vau tà Pau.

Aqueste libe qu'ei tà Bastian.

Qu'èi crompat aquesta rauba tà la sòr.

Entà mei d'indicas clicatz ací.

Qu'estudia tà regent.

préner tà molhèr (Casabona): "prendre pour épouse"

Larròca ne vivè pas deu calam ni tau calam. (Lalanne)

N. B.: lorsque (en)tà est employé pour désigner la destination, si un verbe à l'infinitif se trouve plus loin dans la phrase, il n'est pas jamais précédé de (en)tà pour marquer le but:

Que vau tà Pau reglar quauques ahars.

tà començar (Larroque)

Autres emplois

  • (En)tà díser signifie bien entendu "pour dire" (but), mais s'emploie également avec le sens de "pour ainsi dire":

N’ei, aquò, que lo perhum passatgèr d’ua beutat entervista, com seré, tà díser, lo d’ua gojata apercebuda au viraplec d’un sendèr. (Palay)

Lorsque le verbe est négatif, tà díser a le sens de "à proprement parler", "vraiment":

Òh ! non sòi pas tà díser pressat, pressat. (Palay)

Le Nasroge ei pas entà díser un bevet de profession. (Dambielle)

  • Dans les cas suivants, il s'agit bien de destination et on emploie (EN)TÀ, qui a le même sens ici que le français "comme":

ua amassada de monde viencuts de tots los còrns deu pèis, dab, tà President, Mos Leon de Berard (Jean-Victor Lalanne)

Ne la me volè pas prestar entà modèle. (phrase entendue)

desbrombant las miélhers amors / entà la darrèra arribada (Simin Palay)

Qu’avoi tà professor a Mossur Lavath. (Camélat)

PER

Per peut indiquer la cause, l'équivalence ou l'échange, ou encore la concession.

la cause

Qu'ès viengut per la hartèra.

Ne't hiques pas en pena per jo.

la nosta reconeishença per lo vòste gèste (Sabalot)

Mercés per çò qui as hèit. (mais on dit plus communément: Mercés de çò qui as hèit.)

Que’ns meritarem aquò, nosautas, per çò qui ns’a hèitas enmalir. (Palay)

Quant de còps que virèi lo cap per aver credut d’audir sus lo sendèr de las meas enjaças lo vòste traç leugèr. (Casabona)

E que i vas sonque per las garias ? (Bouzet): "Et tu y vas [au marché] rien que pour les poules ?"

E i ètz vencut per ahars ? (Bouzet): "Y êtes-vous venu pour affaires ?"

l'équivalence ou l'échange

Qu'ac èi crompat per un èuro.

Que m'an balhat cent vint dollars per cent èuros.

Que'm pren per un pèc.

Que t’aví presa per ua damisèla de Ribahauta! (Sabalot)

Quant vòs ganhar per guardar lo bestiar? (Desporrin)

Per çò qui ‘stotz,/ per çò qui serviscotz pendent cent ans de vita, / nada paraula de mercés non vs’esté dita. (Palay)

Que’n serí estat lhèu quiti lavetz per quauques dias de preson. (Bouzet): J'en aurais peut-être été quitte pour quelques jours de prison.

Se’m volès per galant ? (Tallez)

Que m'arribava de comparar los dus lòcs e de'us tiéner per sacrats. (Pucheu)

la concession

per aquò: "pourtant", "cependant", "pour autant"

Ne pèrd pas arren per aténder. (Peyroutet)

Per estar de París, que sembla deu país. (Lesca)

Autres emplois

  • Per s'emploie aussi avec le sens de "en ce qui concerne", "quant à":

Per jo: "en ce qui me concerne", "quant à moi".

Com a un pro beròi bramader e que n'ei pas mancat per la ganurra... (Larroque)

Mais sauf devant pronom personnel, on emploie plutôt per çò qui ei de ou per çò de dans ce sens:

Per çò qui ei de la toa demanda: "En ce qui concerne ta demande", "Quant à ta demande"...

  • On l'emploie également avec còp:

peu prumèr còp

per un còp

per un bon còp: "une bonne foi pour toutes"

En fait, une règle simple et qui marche presque toujours est d'employer per chaque fois qu'il ne s'agit pas d'exprimer la destination.

  • Lorsque le "pour" français s'emploie à propos d'une propriété par rapport à des circonstances ou des objets où elle est moindre, c'est per qu'il faut employer:

Qu'ei hardit per l'atge. Il est en forme pour son âge.

Qu'èra, en vertat, chic gloriós per un ainat. (Palay): "C'était, à la vérité, peu glorieux pour un aîné"

EN PER

Par analogie avec le couple /ENTÀ (mais l'étymologie de cette dernière forme est différente), on emploie parfois, dans les cas ci-dessus, EN PER au lieu de PER seul:

E voletz que i enviem lo can e los gats en per vosauts? (Pucheu)

Le cas des compléments de temps

Per et (en)tà sont employés pour introduire des compléments de temps, avec des nuances de sens distinctes. Per marque un moment de l'année qui peut être passé ou futur:

Que's veden tot an per Nadau.

La hèsta annau a Castèida qu’ei per Sent Laurenç. (Palay)

per Totsants (Manciet)

Per désigne également la durée nécessaire à l'accomplissement d'une action:

Que n'i a per tota la vita entà pagar lo credit. (Nadau)

Il peut encore désigner une durée:

Figurem-nse per un moment qu’èm las daunas. (Palay)

(En)tà marque spécifiquement un moment futur:

Que'ns vederam tà la hera, a Sent Miquèu a Tarascon. (Nadau)

Que t'ac cromparèi entà Nadau.

Que i anaram tà las vacanças. (Palay)

comparer

Pour mieux comprendre les différences dans l'emploi de chacune des deux prépositions, on pourra comparer les paires de phrases suivantes:

1) Qu'ac èi hèit per arren. "Je l'ai fait pour rien (gratuitement)". Qu'ac èi hèit entad arren. "Je l'ai fait pour rien (en vain)."

2) Qu'ès viengut tà la hartèra: "Tu es venu à la bouffe". Qu'ès viengut per la hartèra: "Tu es venu pour la bouffe".

3) tà har quauquarren: "pour faire quelque chose"; per har quauquarren: "histoire de faire quelque chose".

4) per jo: "en ce qui me concerne"; tà jo: "pour moi" (d'après moi, à mon point de vue).

empiètements d'(EN)TÀ sur les emplois de PER

Même dans la langue des locuteurs natifs, à cause de l'influence du français on constate une tendance à employer (en)tà au lieu de per. Il convient de rétablir per dans les cas suivants, où il ne s'agit pas de destination:

Urosament per tu. Tan miélher per tu. Tampís per tu.

Pro per uei.

peu ben de quauqu'un.

Hè aquò per jo.

(espravar) amor per quauqu'un: "(éprouver) de l'amour pour quelqu'un"

eth tòn avugle amor per jo sus eth que tuste. (Sarrieu)

parlar per parlar: "parler pour parler, sans rien dire de valable"

Ploja per ploja, qu'aimavan autant anar-la parar per lor. (Palay): "Quittes à avoir la pluie..."

pregar per quauqu'un.

N'ei pas sonque per díser. (phrase entendue)

per la soa part (Palay)

per la màger part (Palay)

har peu miélher

per vse servir

PER et PER'MOR DE

Pour exprimer la cause, per est en concurrence avec per'mor de. On peut dire: Qu'ès viengut per la hartèra ou ... per'mor de la hartèra, Ne't hiques pas en pena per jo ou ... per'mor de jo. Dans ces cas, la possibilité d'employer per'mor de indique que c'est bien per qu'il faut employer et non (en)tà.

Dans les dédicaces, on emploie per'mor de:

Per'mor de Lavath-Langlada: "Pour Labaig-Langlade"