L'article défini

De Wikigram
Aller à : Navigation, rechercher

L'article défini présente des formes générales, employés dans la plus grande partie du territoire linguistique gascon, et des formes pyrénéennes, employé dans la plupart des vallées et le piémont proche.


Sommaire

Les formes générales

Elles sont identiques à celles de la plupart des autres parlers occitans.

Principales formes

singulier pluriel
masculin LO LOS
féminin LA LAS
élidé L'

Dans quels cas on trouve l'article élidé

  • On le trouve, au singulier, devant les mots masculins et féminins commençant par une voyelle: l'abòr, l'estiu, l'ivèrn.
  • On le trouve également devant les mots commençant par une diphtongue ou une triphtongue: l'ausèth, l'iòde, l'uelh, l'uelhada, l'ueu.

Mais on dit: lo uei, lo ueit, lo ueitau, la ueitena, la ueuèra.

  • L'article ne s'élide naturellement pas devant j et g suivi de -e et -i, dans les régions où on prononce [j]: lo jòc, lo giure.
  • Dans certains parlers, l'élision de l'article ne se fait jamais devant une diphtongue ou une triphtongue ascendante (commençant par -i, -o ou -u): lo uelh. Cet usage n'est pas normatif.

La cavala, qui se volè pas a soa casa, èra mau-m’agrada, e lo uelh roi dejà. (Manciet)

  • Il n'y a pas d'élision de l'article devant onze:

l’onze de seteme 1921 (Lalanne)

  • On le trouve aussi devant les mots d'origine étrangère, non-adaptés, commençant par -s + consonne;

l’spaniel: "l'épagneul" (L'estranh)

l'star de cinèma

Cet usage est inspiré du catalan.

Voir aussi: L'élision

L'article défini contracté

Précédé d'une des prépositions A, DE, (EN)TÀ, PER et SUS, l'article défini se soude à elle: on a alors un article défini contracté. Cela se produit uniquement au masculin.

LO LOS
A AU AUS
DE DEU DEUS
(EN)TÀ (EN)TAU (EN)TAUS
PER PEU PEUS
SUS SUU SUUS
  • La contraction a lieu systématiquement avec A, DE et (EN)TÀ. Elle est facultative, mais fréquente après PER et SUS:

E se peu bòsc e s'i avè passejat quauqu'un? (L'òrra istoèra d'un hilh de Gelòs)

mais: lo gave d’Aspa, en•hlat per lo plogèr (Abadie)

Que'n vau suus dètz e sèt. (Palay)

mais: quan arribà sus los setze ans (Palay).

  • Au lieu de peu, peus, le gascon des Landes et du Bas-Adour emploie généralement preu, preus:

víver assautat preu sovier (Tousis)

  • La contraction ne se fait pas devant un nom qui appartient à une autre proposition et qui, par prolepse, se trouve suivre une préposition:

... entà los Escolièrs que posquin díser n’an pas hèit nada eslurrada en lo botar majorau. (Daugé)

  • La contraction ne se fait généralement pas avec lo bon Diu:

Aimatz a lo bon Diu. (Bouzet)

En temps d’eleccion la soa tavèrna qu’èra l’aubèrja de lo Bon Diu (Casebonne)

Dans certains parlers, elle ne se fait pas non plus avec et lo diable:

Qu’estó un horvari de lo diable. (Escoula)

  • On répète A et DE après les articles contractées correspondants, mais ce n'est pas le cas pour (EN)TÀ, PER ni SUS:

senhor deu mont e de la plana (Abadie)

Qu'ei tostemps peus mercats, peus cafès e las aubèrjas. (Palay)

tau dimenge e las hèstas (Camélat)

  • Localement, il existe d'autres contractions, avec ende et dambe:

endeus qui n’an pas vist la lutz de ton visatge (Bladé)

Aqueths Esperits n’an pas arren a véser dambeu Diable e son lèd monde. (Bladé)

L'enclise de l'article

  • Après d'autres prépositions se terminant à l'oral par une voyelle, les articles LO et LOS peuvent subir une enclise, c'est-à-dire se réduire respectivement à 'U, 'US qui fusionnent avec la voyelle précédente en une diphtongue:

Que’s sarra contra’u rei. (Palay)

darrè’us barbelats (Massartic)

delà'u gave (Lalanne)

Ces enclises sont fréquentes mais pas systématiques.

  • Ce phénomène se produit aussi régulièrement entre le titre mossur et un nom indiquant une foncton tel que curè, regent, director: mossu'u curè, mossu'u regent, mossu'u director... Mossu'u se prononce [muˈsyw], souvent simplifié en [muˈsy]. Il n'est pas systématique: mossur lo jutge (Lalanne).

L'article défini pyrénéen

Zone d'emploi

L'article pyrénéen est employé dans toutes les vallées des Pyrénées gasconnes à l'exception de la vallée d'Ossau (où il est toutefois d'usage à Castet et à Bilhères). Il est également employé dans une zone du piémont qui arrive, au nord, jusqu'à Luc-de-Béarn, Asson, Lannemezan et Saint-Gaudens.

Formes simples

singulier pluriel
masculin 1 ETH ETHS
masculin 2 ER ETHS
féminin ERA ERAS
  • L'article ETH s'emploie devant les noms commençant par une consonne, et l'article ER devant ceux commençant par une voyelle; mais il n'existe que dans les vallées d'Aspe et de Barétous, dans la vallée d'Aure, en Barousse et en Val d'Aran. Ailleurs, on emploie ETH dans tous les cas.
  • Devant consonne, le [t] de ETH se prononce comme la consonne qui suit: eth can [ekˈka], eth lop [elˈlup]. Lorsqu'il est employé devant voyelle, il se prononce [ed] (Lavedan, Haut-Adour) ou [ed͡ʒ] (Couserans). ETHS se prononce [es] devant consonne sourde (c p, t), [ez] dans les autres cas: eths cans [esˈkas], eths amics [ezaˈmiks].
  • Dans ERA et ERAS, le caractère atone de l'article fait que l'on prononce [eɾa]: era maison, [eɾamajˈzu]; eras vacas [eɾazˈbakɔs]. Dans les parlers (vallée d'Aure, Luchon) où le pluriel des noms en -A est en -ES, on trouve la forme ERES. À Luchon et au Val d'Aran, le pluriel est ES pour les deux genres.
  • L'article ERA ne s'élide jamais; à la place, c'est la voyelle initiale du nom qui tombe, dans la prononciation: era escòla [eɾasˈkɔlɔ].
  • Dans la conversation courante, on ne prononce pas le E- initial de l'article pyrénéen après une voyelle. La poésie note fréquemment cette aphérèse:

Que hèi passar ‘th francés ath darrèr deth gascon. (Philadelphe)

a qui vam tornar ‘ra memòria e ‘r aunor (Philadelphe)

eth qui nse vòu botar ‘ra barra (Philadelphe)

Formes contractées

ETH ER ERA ETHS ERAS
A ATH AR ARA ATHS ARAS
DE DETH DER DERA DETHS DERAS
EN EN EN ENA ENS ENAS
(EN)TÀ (EN)TATH (EN)TAR (EN)TARA (EN)TATHS (EN)TARAS
PER PETH PER PERA PETHS PERAS
  • Il n'y a pas de formes contractées avec SUS.
  • Ces formes contractées suivent les mêmes règles de prononciation que l'article simple.

Emploi de l'article défini

  • L'article défini peut s'employer devant les noms propres. Cet emploi, plus fréquent dans certains parlers que dans d'autres, relève du registre familier:

quauquarren tà la Rosina (abbé Badiolle)

  • On écrit: lo 12 de mai, Dijaus, lo 12 de mai, mais: La reünion que's harà dijaus 12 de mai.
  • Il existe un emploi pronominal de l'article défini, lorsque l'on veut éviter de répéter un nom qui a été cité peu auparavant:

dont la lenga nacionau èra la lemosina (Camélat)

Toutefois, cet emploi, courant en castillan, est rare en gascon. On dira plutôt:

La mia lenga qu'ei la lenga occitana.

  • On emploie l'article défini pluriel pour indiquer la répétition d'un fait un jour de la semaine:

tornar tau temps on per las vinhas / los dimenges hasèn vrespèrs (Al-Cartéro): "...le dimanche..."

  • On l'emploie devant diable dans les interrogations exprimant l'étonnement ou l'agacement:

Qué lo diable hès aquiu ? (Casebonne)

Omission de l'article défini

  • L'article défini peut être omis dans les phrases exprimant des vérités générales:

Bèstias que son bèstias. (Camélat)

  • Il peut être omis devant les noms qui font partie d'une énumération:

quin me saberé prestir las saburas: saporet, braneta, isòp, pimbo e majorana (Camélat)

Cette omission n'est pas systématique:

Lo riche e lo vesiat qu’avó a deishar la lèbe, las catlas, las palomas e las hèstas annaus entà serví’s eth medish. (Camélat)

  • Il peut être omis devant le second de deux noms coordonnés, même s'ils ne sont pas du même genre:

la màger atencion e leser (Camélat)

los vicis e apostemas (Camélat)

Cet usage appartient au registre soutenu. Toutefois, dans la langue courante, on dit, sans répéter l'article, los pair e mair, "les parents"(1).

  • On ne l'emploie pas dans toutes sortes de locutions comme nueit e dia, cèu e tèrra, ivèrn e estiu, a nueit barrada, a boca de nueit, a punta d'auba, har dòu, har servici, trobar acès, en frinèsta, aver hami, préner balanç, abans dias...

Lo maishant òme velha nueit e jorn. (Bladé)

  • Il est souvent omis devant les noms de fleuves Garona e Leira, sans que cet usage ne soit constant:

Sèi pas se passaram Leira d’anueit. (Manciet)

Deçà Garona la bandèra de tela que passè. (Camélat)

mais: Car jo l’èi dehenut de passar la Garona. (Larade)

Mei baish, la Garona en son briu que naula... (Camélat)

Les autres noms de rivière, et notamment Gave, sont généralement précédés de l'article:

Qu’i a platuisha au Gave, a la Vidosa, au Larrant, a l’Ador. (Lalanne)

enter los qui viven sus l’Ador, los Gaves e l’Èbre (Camélat)

Lo gave de Mauleon aperat lo Seson (Yan dou Sabalot)

L'article est pourtant parfois omis:

Que soi atendut de l’aute costat de Gave. (Lalanne)

  • Il est également omis devant les noms de sommets de montagne:

Marmurèr qu’a lèda cara. (Camélat)

  • L'omission de l'article est fréquente avec les noms de régions et de pays, sans que cela soit une règle observée constamment. Cette omission est fréquente après préposition, mais n'a jamais lieu en tête de phrase. Elle est particulièrement fréquente avec les deux noms França et Espanha.

Que se’n van segar tà Espanha (chanson traditionnelle) (On prononce [tasˈpaɲɔ])

Be la sauvèn un còp, quan l’envièm tà França.. (Javaloyès)

per França (Palay)

per Catalonha (Camélat)

har vàler Gasconha (Camélat)

mais: La França, qui nomentan, a tot viracodet, larèr de tolerença e sobac deus pòbles prestits, devè totun sense pèmàver deishar eslurrar sus la Catalonha aqueth tropèth d’òmis munits de fusilhs e de grenadas ? (Camélat)

  • L'article est omis devant les noms de fêtes et moments de l'année, noms de fêtes tels que Arrams, Nadau, Nosta Dama d'aost, Pascas, Pentacosta, Carnaval, Sent Jan, Sent Miquèu, ou de travaux agricoles tels que seguèras, vrenhas...

de cap aus prumèrs dias de Carnaval (Yan dou Sabalot)

Carnaval qu'ei arribat. (chanson populaire)

A Sent Miquèu, l'apèu; a Sent Luc; lo gran truc, a Marteror, la flor; a Sent Martin, la fin. (dicton concernant la chasse à la palombe)

l'estivet de Sent Martin (Casebonne)

Mais avec un complément, on dira: las Pascas de l'an passat, las vrenhas d'augan, etc.

  • Il est omis devant les mots caça, casa, missa, vrèspas, après une préposition et certains verbes:

Peiroton se'n va tà caça. (chanson traditionnelle)

Enlòra que tribalhava a casa taus borgés de la vila. (Javaloyès)

L’amor marfandit que tornarà tà casa. (Javaloyès)

Qu’avón a quitar casa. (Camélat)

En sortint de missa, Setina e Margalida crotzèn a la vielha Janeton. (Yan dou Sabalot)

Pro sovent que se’n va tà Lamajor enténer missa. (Palay)

Qu’avè plavut hèra aqueth matin quan partim tà missa. (Javaloyès)

après vrèspas (Bladé)

Mais avec un complément, on dira: Que vau tà la missa de Nadau.

  • L'omission de l'article défini est de règle devant les ordinaux prumèr, dusau, tresau... darrèr, lorsqu'ils sont attributs:

N'ei pas la lèbe qui arribè prumèra. (d'après Bouzet)

Lo qui arribe darrèr que pagarà. (Bouzet)

L'emploi de l'article dans ce cas est un francisme qui doit être rejeté.

  • Il est omis dans les cas où le pronom tots est suivi d'un numéral:

Que pujàn tots tres après disnar. (Yan dou Sabalot)


(1) L'emploi de los pairs avec le sens de "les parents"' n'a aucune authenticité; cet usage est à bannir.


Voir aussi: L'article neutre