La position de l'adjectif : Différence entre versions

De Wikigram
Aller à : Navigation, rechercher
(Page créée avec « == Généralités == Contrairement à ce que certains affirment, en gascon (et plus généralement en occitan) l'adjectif qualificatif peut se placer avant ou après le n... »)
 
(Adjectifs épithètes à sens différent selon la position)
(25 révisions intermédiaires par un utilisateur sont masquées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
  
== Généralités ==
+
== Un mythe: la postposition systématique de l'adjectif ==
Contrairement à ce que certains affirment, en gascon (et plus généralement en occitan) l'adjectif qualificatif peut se placer avant ou après le nom qu'il qualifie. Il en était de même en latin, et il en était ainsi également dès les origines de la langue, ainsi que tout au long de son histoire, et ce même pour des adjectifs qui, habituellement, sont placés après le nom:
+
 
 +
Contrairement à ce que certains affirment, en gascon (et plus généralement en occitan) l'adjectif épithète peut se placer avant ou après le nom qu'il qualifie. Il en était de même en latin, et il en était ainsi également dès les origines de la langue, ainsi que tout au long de son histoire, et ce même pour des adjectifs qui, habituellement, sont placés après le nom:
  
 
'''farai un vers de drech nient''' (Guilhem de Peitieus)
 
'''farai un vers de drech nient''' (Guilhem de Peitieus)
Ligne 13 : Ligne 14 :
 
'''Ieu am-la de fin còr sens bausia''' (Pèire Vidal)
 
'''Ieu am-la de fin còr sens bausia''' (Pèire Vidal)
  
'''Mes conego lo diit Conte que non pode aver poblades sinon que meilhers fors e franquesssas los donessa''' (For d'Oloron)
+
'''Mes conego lo diit Conte que non pode aver poblades sinon que meilhers fors e franquessas los donessa.''' (For d'Oloron)
  
 
'''la divinau sabence''' (For d'Oloron)
 
'''la divinau sabence''' (For d'Oloron)
Ligne 21 : Ligne 22 :
 
'''humanau natura''' (''Récits d'histoire sainte'')
 
'''humanau natura''' (''Récits d'histoire sainte'')
  
'''La espabentable obre que jo fare''' (''Récits d'histoire sainte'')
+
'''la espabentable obre que jo fare''' (''Récits d'histoire sainte'')
  
 
'''ues aules femnas''' (''Récits d'histoire sainte'')
 
'''ues aules femnas''' (''Récits d'histoire sainte'')
Ligne 27 : Ligne 28 :
 
'''fo mau rey et trop faus e desleyau''' (''Récits d'histoire sainte'')
 
'''fo mau rey et trop faus e desleyau''' (''Récits d'histoire sainte'')
  
'''la noble e poderosa done''' (Cjarte de Madame Jeanne d'Artois)
+
'''la noble e poderosa done''' (Charte de Madame Jeanne d'Artois)
  
 
'''son sant decret que jamés non varia''' (Psaumes de David, trad. Arnaud de Salettes)
 
'''son sant decret que jamés non varia''' (Psaumes de David, trad. Arnaud de Salettes)
Ligne 34 : Ligne 35 :
  
 
'''deus grans aigats trei hòra ma persona''' (Psaumes de David, trad. Arnaud de Salettes)
 
'''deus grans aigats trei hòra ma persona''' (Psaumes de David, trad. Arnaud de Salettes)
 +
 +
 +
= Une liberté plus grande qu'en français =
 +
 +
La ''Grammaire provençale'' du CREO Provença affirme: "L'occitan, en particulier le provençal, a une tendance nettement plus marquée que le français à placer l'adjectif après le nom, surtout s'il s'agit de donner une valeur forte à la qualification." Encore faut-il préciser que cela concerne surtout la langue populaire et familière, et ne pas exagérer cette tendance. Jules Ronjat voyait quant à lui une liberté de construction plus grande qu'en français: "'''On ne commettra pas de faute en observant les règles qu'on trouve dans les grammaires françaises''', mais un orateur ou un écrivain pourra parfois sans troubler un public même populaire employer, suivant le rythme de la phrase ou en vue d'un effet stylistique, un ordre de mots que le français n'admettrait pas, ou admet plus rarement: '''d'esmoventei declaracions''' "des déclarations émouvantes", '''trencantei paraulas''' "paroles tranchantes", '''l'afogat felibre X***''' "l'ardent (fougueux) félibre X***", '''seis afogadei recèrcas''' "ses recherches (scientifiques) zélées". (''Essai de syntaxe des parlers provençaux modernes'', p. 28)
 +
 +
 +
=== Adjectifs habituellement antéposés et postposés ===
 +
 +
Comme en français, certains adjectifs ont plutôt tendance à se placer avant le nom:
 +
 +
'''la mei grana calor''' (Yan dou Sabalot)
 +
 +
'''ua pregona tristessa''' (Yan dou Sabalot)
 +
 +
'''au bon moment''' (Casebonne)
 +
 +
'''un maishant arbe''' (Casebonne)
 +
 +
'''la joena veuda de l'immòble''' (Javaloyès)
 +
 +
'''la gaujosa gojata''' (Sabalot)
 +
 +
Inversement, d'autres ont tendance à se placer après le nom, comme les adjectifs de couleur, les participes passés ou présents employés comme adjectifs et les adjectifs relationnels (qui équivalent à un complément de nom):
 +
 +
'''de vetas arrojas, bluas, verdas e jaunas''' (Eyt)
 +
 +
'''lo son paraploja florit''' (Javaloyès)
 +
 +
'''la patria navarresa''' (Casebonne)
 +
 +
'''lo noste só meditarranèu''' (Javaloyès)
 +
 +
L'adjectif épithète est postposé lorsqu'il est accompagné d'un complément ou d'une comparaison ou coordonné avec une autre épithète:
 +
 +
'''la canta vielha com lo monde''' (Sabalot)
 +
 +
'''a pas longs e pressats''' (Casebonne)
 +
 +
== Changements de position ==
 +
 +
Il est possible, dans certains cas, de placer un adjectif épithète en position inhabituelle. Cette faculté est fonction de divers types de considérations, d'ordre euphonique, stylistique ou sémantique; dans ce dernier cas, l'adjectif épithète en position inhabituelle se voit attribuer un sens figuré, plus abstrait:
 +
 +
'''blos aire''' (Camélat)
 +
 +
'''lo trist e indecís clapotís''' (Darclanne)
 +
 +
'''preciós e curiós libi''' (Darclanne)
 +
 +
'''escosent poton''' (Abadie)
 +
 +
'''diabolic metau''' (Lapassade)
 +
 +
'''aniva musica''' (Manciet)
 +
 +
'''l'estonanta renomada''' (Camélat)
 +
 +
'''impenetrable mistèri''' (Palay)
 +
 +
'''Un negre ser d'ivèrn, la mair qu'èra partida.''' (Sabalot)
 +
 +
'''la desastrosa fin de l'empire segon''' (Sabalot)
 +
 +
Toutefois, certains adjectifs ordinairement antéposés sont plus facilement postposés qu'en français sans qu'on puisse y voir de claire différence sémantique:
 +
 +
'''la muralha hauta''' (Casebonne)
 +
 +
'''Que's liguè d'amistat grana.''' (Casebonne)
 +
 +
'''Catau, la hilha beròja''' (Lalanne)
 +
 +
'''Quan lo sorelh navèth s'en·horna dins les traucs''' (Sabathé)
 +
 +
Toutefois, '''miélher''' employé comme épithète est toujours antéposé:
 +
 +
'''los miélhers obrèrs de nosta Renaishença'''
 +
 +
'''n'ei pas lo son miélher tribalh'''
 +
 +
'''los miélhers gojats o gojatas''' (Palay)
 +
 +
'''un deus sons miélhers amics''' (Casebonne)
 +
 +
 +
=== Adjectifs épithètes à sens différent selon la position ===
 +
 +
* Certains adjectifs n'ont pas le même sens selon qu'ils sont antéposés ou postposés:
 +
 +
'''un òmi triste''' ("un homme triste), vs. '''un triste òmi''' (un sale type)
 +
 +
'''un òmi praube''' ("un homme pauvre"), vs. '''un praube òmi''' (un homme qui inspire la pitié)
 +
 +
'''Praube''' peut aussi avoir le sens de l'adjectif français "feu":
 +
 +
'''Qu'a fenit com la prauba sa mair''' (Peyroutet): "comme feu sa mère"
 +
 +
'''fotuts mestièrs''' ("de fichus métiers", "de satanés métiers"), vs. '''mestièrs fotuts''' (des métiers foutus, qui ne rapportent plus)
 +
 +
'''los mendres detalhs''' (Sabalot), vs. '''detalhs mendres''' qui voudrait dire "des détails sans importance"
 +
 +
'''ua bèra mosca''' ("un grosse mouche), vs. '''ua mosca bèra''' (un oestre du boeuf), ici on a même un lexème distinct
 +
 +
'''escuts petits''' (Palay), des écus de 3 F, vs. '''petits escuts''' qui aurait une nuance affective.
 +
 +
* On postpose certains adjectifs pour signifier une opposition entre deux personnes, deux choses, deux objets:
 +
 +
'''lo pont vielh''', '''lo pont nau''' (à Orthez)
 +
 +
'''la lua vielha''' ("la lune à son dernier quartier"), '''la lua nava''' ("la nouvelle lune")
 +
 +
'''l'òra vielha''' (l'heure d'avant le changement d'heure), '''l'òra nava''' (l'heure d'après le changement d'heure)
 +
 +
'''la hauta capèra''' ("la haute chapelle" (dont nous parlons)), '''la capèra hauta''' (la chapelle du haut du village, par ex.)
 +
 +
'''la joena reina''' ("la jeune reine"), '''la reina joena''' (la femme du roi, par opposition à '''la reina vielha''', la reine-mère)
 +
 +
=== Les adjectifs épithètes dans les toponymes ===
 +
 +
Selon Ronjat, on dit en provençal '''l'auta Provença'''. Certains préfèrent postposer l'adjectif épithète dans ce cas. En gascon, on le trouve aussi bien antéposé que postposé: '''Bigòrra Baisha''' ou '''Baisha Bigòrra''', '''Baish Comenges''', '''Ribèra Baisha''', '''Baish Aussau'''. On peut dire aussi '''Comenges de Baish''', '''Armanhac de Baish'''...
 +
 +
 +
 +
[[Category:Les autres constituants du groupe nominal]]

Version du 12 juin 2019 à 18:55

Sommaire

Un mythe: la postposition systématique de l'adjectif

Contrairement à ce que certains affirment, en gascon (et plus généralement en occitan) l'adjectif épithète peut se placer avant ou après le nom qu'il qualifie. Il en était de même en latin, et il en était ainsi également dès les origines de la langue, ainsi que tout au long de son histoire, et ce même pour des adjectifs qui, habituellement, sont placés après le nom:

farai un vers de drech nient (Guilhem de Peitieus)

douç chants d'ausèls de lonh (Jaufré Rudèl)

Lo gens tems de pascor / ab la frescha verdor (Bernat de Ventadorn)

Be'm plais lo gais temps de pascor (Bertrand de Bòrn)

Ieu am-la de fin còr sens bausia (Pèire Vidal)

Mes conego lo diit Conte que non pode aver poblades sinon que meilhers fors e franquessas los donessa. (For d'Oloron)

la divinau sabence (For d'Oloron)

vertadere patz (Récits d'histoire sainte)

humanau natura (Récits d'histoire sainte)

la espabentable obre que jo fare (Récits d'histoire sainte)

ues aules femnas (Récits d'histoire sainte)

fo mau rey et trop faus e desleyau (Récits d'histoire sainte)

la noble e poderosa done (Charte de Madame Jeanne d'Artois)

son sant decret que jamés non varia (Psaumes de David, trad. Arnaud de Salettes)

lo clar sorelh après se va lhevant (Psaumes de David, trad. Arnaud de Salettes)

deus grans aigats trei hòra ma persona (Psaumes de David, trad. Arnaud de Salettes)


Une liberté plus grande qu'en français

La Grammaire provençale du CREO Provença affirme: "L'occitan, en particulier le provençal, a une tendance nettement plus marquée que le français à placer l'adjectif après le nom, surtout s'il s'agit de donner une valeur forte à la qualification." Encore faut-il préciser que cela concerne surtout la langue populaire et familière, et ne pas exagérer cette tendance. Jules Ronjat voyait quant à lui une liberté de construction plus grande qu'en français: "On ne commettra pas de faute en observant les règles qu'on trouve dans les grammaires françaises, mais un orateur ou un écrivain pourra parfois sans troubler un public même populaire employer, suivant le rythme de la phrase ou en vue d'un effet stylistique, un ordre de mots que le français n'admettrait pas, ou admet plus rarement: d'esmoventei declaracions "des déclarations émouvantes", trencantei paraulas "paroles tranchantes", l'afogat felibre X*** "l'ardent (fougueux) félibre X***", seis afogadei recèrcas "ses recherches (scientifiques) zélées". (Essai de syntaxe des parlers provençaux modernes, p. 28)


Adjectifs habituellement antéposés et postposés

Comme en français, certains adjectifs ont plutôt tendance à se placer avant le nom:

la mei grana calor (Yan dou Sabalot)

ua pregona tristessa (Yan dou Sabalot)

au bon moment (Casebonne)

un maishant arbe (Casebonne)

la joena veuda de l'immòble (Javaloyès)

la gaujosa gojata (Sabalot)

Inversement, d'autres ont tendance à se placer après le nom, comme les adjectifs de couleur, les participes passés ou présents employés comme adjectifs et les adjectifs relationnels (qui équivalent à un complément de nom):

de vetas arrojas, bluas, verdas e jaunas (Eyt)

lo son paraploja florit (Javaloyès)

la patria navarresa (Casebonne)

lo noste só meditarranèu (Javaloyès)

L'adjectif épithète est postposé lorsqu'il est accompagné d'un complément ou d'une comparaison ou coordonné avec une autre épithète:

la canta vielha com lo monde (Sabalot)

a pas longs e pressats (Casebonne)

Changements de position

Il est possible, dans certains cas, de placer un adjectif épithète en position inhabituelle. Cette faculté est fonction de divers types de considérations, d'ordre euphonique, stylistique ou sémantique; dans ce dernier cas, l'adjectif épithète en position inhabituelle se voit attribuer un sens figuré, plus abstrait:

blos aire (Camélat)

lo trist e indecís clapotís (Darclanne)

preciós e curiós libi (Darclanne)

escosent poton (Abadie)

diabolic metau (Lapassade)

aniva musica (Manciet)

l'estonanta renomada (Camélat)

impenetrable mistèri (Palay)

Un negre ser d'ivèrn, la mair qu'èra partida. (Sabalot)

la desastrosa fin de l'empire segon (Sabalot)

Toutefois, certains adjectifs ordinairement antéposés sont plus facilement postposés qu'en français sans qu'on puisse y voir de claire différence sémantique:

la muralha hauta (Casebonne)

Que's liguè d'amistat grana. (Casebonne)

Catau, la hilha beròja (Lalanne)

Quan lo sorelh navèth s'en·horna dins les traucs (Sabathé)

Toutefois, miélher employé comme épithète est toujours antéposé:

los miélhers obrèrs de nosta Renaishença

n'ei pas lo son miélher tribalh

los miélhers gojats o gojatas (Palay)

un deus sons miélhers amics (Casebonne)


Adjectifs épithètes à sens différent selon la position

  • Certains adjectifs n'ont pas le même sens selon qu'ils sont antéposés ou postposés:

un òmi triste ("un homme triste), vs. un triste òmi (un sale type)

un òmi praube ("un homme pauvre"), vs. un praube òmi (un homme qui inspire la pitié)

Praube peut aussi avoir le sens de l'adjectif français "feu":

Qu'a fenit com la prauba sa mair (Peyroutet): "comme feu sa mère"

fotuts mestièrs ("de fichus métiers", "de satanés métiers"), vs. mestièrs fotuts (des métiers foutus, qui ne rapportent plus)

los mendres detalhs (Sabalot), vs. detalhs mendres qui voudrait dire "des détails sans importance"

ua bèra mosca ("un grosse mouche), vs. ua mosca bèra (un oestre du boeuf), ici on a même un lexème distinct

escuts petits (Palay), des écus de 3 F, vs. petits escuts qui aurait une nuance affective.

  • On postpose certains adjectifs pour signifier une opposition entre deux personnes, deux choses, deux objets:

lo pont vielh, lo pont nau (à Orthez)

la lua vielha ("la lune à son dernier quartier"), la lua nava ("la nouvelle lune")

l'òra vielha (l'heure d'avant le changement d'heure), l'òra nava (l'heure d'après le changement d'heure)

la hauta capèra ("la haute chapelle" (dont nous parlons)), la capèra hauta (la chapelle du haut du village, par ex.)

la joena reina ("la jeune reine"), la reina joena (la femme du roi, par opposition à la reina vielha, la reine-mère)

Les adjectifs épithètes dans les toponymes

Selon Ronjat, on dit en provençal l'auta Provença. Certains préfèrent postposer l'adjectif épithète dans ce cas. En gascon, on le trouve aussi bien antéposé que postposé: Bigòrra Baisha ou Baisha Bigòrra, Baish Comenges, Ribèra Baisha, Baish Aussau. On peut dire aussi Comenges de Baish, Armanhac de Baish...