5. Sous-dialectes et parlers gascons : Différence entre versions

De Wikigram
Aller à : Navigation, rechercher
(Page créée avec « SI l'occitan connaît une grande diversité (''variation interne'', en terme de linguistique), il en va de même, à son tour, pour le gascon: du Médoc aux vallées pyré... »)
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
SI l'occitan connaît une grande diversité (''variation interne'', en terme de linguistique), il en va de même, à son tour, pour le gascon: du Médoc aux vallées pyrénéennes et de la côte atlantique aux rives de la Garonne, celui-ci est divisé en ''sous-dialectes'', qui comprennent chacun ''plusieurs parlers''. On a néanmoins pu identifier, au sein du gascon, trois sous-dialectes: le ''gascon occidental'', le ''gascon pyrénéen'' et le ''gascon oriental''.
+
Si l'occitan connaît une grande diversité (''variation interne'', en terme de linguistique), il en va de même, à son tour, pour le gascon: du Médoc aux vallées pyrénéennes et de la côte atlantique aux rives de la Garonne, celui-ci est divisé en ''sous-dialectes'', qui comprennent chacun ''plusieurs parlers''. On a néanmoins pu identifier, au sein du gascon, trois sous-dialectes: le ''gascon occidental'', le ''gascon pyrénéen'' et le ''gascon oriental''.
 +
 
 +
 
 +
== Le gascon occidental ==
 +
 
 +
Le gascon occidental regroupe des parlers qui ont en commun la neutralisation de ''a'' et ''e'' post-toniques, c’est-à-dire que la distinction n’est plus faite dans la prononciation et qu’ils sont tous deux réalisés [ə]: '''vaca''' [ˈbakə] "vache", '''compte''' [ˈkuntə] "homme". Cela a généralement pour conséquence l’apparition de subjonctifs en ''i'', comme en catalan oriental (1), afin d’éviter que ce temps ne soit identique à l’indicatif présent: '''Que cantas''', '''Que vui que cantis'''.
 +
 
 +
Les parlers les plus occidentaux (gascon noir et médoquin) sont les plus divergents par rapport au languedocien, dialecte central de l’occitan. Le ''gascon noir'' présente la particularité de prononcer le e [ø]: '''negre''' [ˈnøɣrə]. Sur une partie du territoire de ce parler, on a bien d’autres particularismes: phonétiques comme la réduction de la diphtongue ''ue'' à ''u'' ('''huec''' [hyk] "feu") et de la triphtongue ''ueu'' à ''uu'' (buu [byw] "boeuf"), particularismes morphologiques comme les formes '''em''', '''et''', '''es'''… des pronoms personnels compléments, le nombre relativement faible de verbes à conjugaison inchoative ou l’imparfait en –''ivi'' de certains verbes en –''er'' ('''caliva''' "il fallait"), particularismes syntaxiques comme la généralisation du relatif '''dont''' dans tous les cas. Le gascon noir va de Bayonne au sud-ouest de la Gironde (hors bassin d’Arcachon) en englobant la moitié occidentale des Landes.
 +
 
 +
Il faut entendre par ''médoquin'' un ensemble de parlers qui couvrent, en plus du Médoc, Bordeaux et ses environs et le nord du bassin d’Arcachon. Nous rencontrons ici aussi une puissante originalité au sein de l’ensemble gascon tant dans le lexique, souvent très francisé, que dans la phonétique comme le passage à [ə], voire la chute, de ''a'' prétonique: '''cantarà''' [kantəˈra], voire [kantʔˈra], ou, localement, la réalisation [u] de –''a'' final ('''vaca''' [ˈbaku]), ou que dans la morphologie (prétérits en –''u''- des verbes du troisième groupe, désinence -''re'' à l’infinitif de certains d’entre eux).
 +
 
 +
Plus à l’est, les parlers du Bazadais, de l’Albret et de la Chalosse s’écartent moins des autres parlers gascons.
 +
 
 +
Le gascon occidental s’étend à l’ouest d’une ligne Agen-Pau et englobe la totalité de la Gironde et des Landes, le sud-ouest du Lot-et-Garonne, quelques communes du nord-ouest et de l’ouest du Gers et un grand nord-ouest du Béarn, ainsi que le Bas-Adour.
 +
 
 +
 
 +
== Le gascon pyrénéen ==
 +
 
 +
 
 +
(1) Le catalan oriental prononce lui aussi [ə] ''a'' et ''e'' finaux, et d'ailleurs généralement tous les ''a'' et ''e'' atones.

Version du 11 décembre 2019 à 15:30

Si l'occitan connaît une grande diversité (variation interne, en terme de linguistique), il en va de même, à son tour, pour le gascon: du Médoc aux vallées pyrénéennes et de la côte atlantique aux rives de la Garonne, celui-ci est divisé en sous-dialectes, qui comprennent chacun plusieurs parlers. On a néanmoins pu identifier, au sein du gascon, trois sous-dialectes: le gascon occidental, le gascon pyrénéen et le gascon oriental.


Le gascon occidental

Le gascon occidental regroupe des parlers qui ont en commun la neutralisation de a et e post-toniques, c’est-à-dire que la distinction n’est plus faite dans la prononciation et qu’ils sont tous deux réalisés [ə]: vaca [ˈbakə] "vache", compte [ˈkuntə] "homme". Cela a généralement pour conséquence l’apparition de subjonctifs en i, comme en catalan oriental (1), afin d’éviter que ce temps ne soit identique à l’indicatif présent: Que cantas, Que vui que cantis.

Les parlers les plus occidentaux (gascon noir et médoquin) sont les plus divergents par rapport au languedocien, dialecte central de l’occitan. Le gascon noir présente la particularité de prononcer le e [ø]: negre [ˈnøɣrə]. Sur une partie du territoire de ce parler, on a bien d’autres particularismes: phonétiques comme la réduction de la diphtongue ue à u (huec [hyk] "feu") et de la triphtongue ueu à uu (buu [byw] "boeuf"), particularismes morphologiques comme les formes em, et, es… des pronoms personnels compléments, le nombre relativement faible de verbes à conjugaison inchoative ou l’imparfait en –ivi de certains verbes en –er (caliva "il fallait"), particularismes syntaxiques comme la généralisation du relatif dont dans tous les cas. Le gascon noir va de Bayonne au sud-ouest de la Gironde (hors bassin d’Arcachon) en englobant la moitié occidentale des Landes.

Il faut entendre par médoquin un ensemble de parlers qui couvrent, en plus du Médoc, Bordeaux et ses environs et le nord du bassin d’Arcachon. Nous rencontrons ici aussi une puissante originalité au sein de l’ensemble gascon tant dans le lexique, souvent très francisé, que dans la phonétique comme le passage à [ə], voire la chute, de a prétonique: cantarà [kantəˈra], voire [kantʔˈra], ou, localement, la réalisation [u] de –a final (vaca [ˈbaku]), ou que dans la morphologie (prétérits en –u- des verbes du troisième groupe, désinence -re à l’infinitif de certains d’entre eux).

Plus à l’est, les parlers du Bazadais, de l’Albret et de la Chalosse s’écartent moins des autres parlers gascons.

Le gascon occidental s’étend à l’ouest d’une ligne Agen-Pau et englobe la totalité de la Gironde et des Landes, le sud-ouest du Lot-et-Garonne, quelques communes du nord-ouest et de l’ouest du Gers et un grand nord-ouest du Béarn, ainsi que le Bas-Adour.


Le gascon pyrénéen

(1) Le catalan oriental prononce lui aussi [ə] a et e finaux, et d'ailleurs généralement tous les a et e atones.